L’économie circulaire à Marseille: Utopia Mars 1

Utopia Mars 1 N0Utopia Mars 1(1)Utopia Mars1  N2(1)

 

Utopia Mars 1N3(4)Utopia Mars 1 N4(4)Utopia Mars 1 N5.0(2)Utopia Mars1 N5(2)Utopia Mars 1 N5.1(6)Utopia Mars 1 N6Utopia Mars 1 N7(2)

Analyse du cycle de vie d’un produit, d’un service, d’un procédé et responsabilité environnementale des entreprises. L’étape incontournable.

Toutes les entreprises ont un besoin croissant d’ intégration et d’application de démarches en responsabilité sociale et environnementale. Cela deviendra bientôt une obligation, car l’état, les collectivités territoriales et surtout l’union Européenne (par déclinaison de cahiers des charges, de normes, de labels, durcissement des lois…) imposent régulièrement aux entreprises d’appliquer de nouvelles directives.

On observe des exigences de plus en plus précises dans les appels d’offres destinés aux entreprises. Si on prend le temps d’anticiper les futures évolutions des démarches en développement durable et RSE, on s’aperçoit qu’une augmentation exponentielle de ces exigences est inéluctable.

L’analyse du cycle de vie devient ainsi un outil incontournable qu’il faut impérativement comprendre et maîtriser. Cependant son approche et son intégration restent complexes pour la majorité des décideurs d’entreprises. Nous allons vous éclaircir cet horizon.

acv

L’ analyse du cycle de vie (d’un produit, d’un objet, d’un service, d’un procédé…) s’établit sur les notions de développement durable que nul ne peut plus  renier. Cette analyse fournit un outil efficient et une méthode systémique d’évaluation des pressions et impacts environnementaux du système étudié.

But fondamental:

Suivant la pensée globale de cycle de vie, les cycles de vie sont caractérisés par une double alternance : une alternance de phases et une alternance de générations et s’intègrent dans deux sphères. L’es objectifs sont clairs :

  1. Réduire la pression sur les ressources naturelles de l’écosphère et sur les ressources de la technosphère.
  2. Réduire, voir annuler, l’impact environnemental.
  3. Permettre, par un fonctionnement circulaire, le retour de matières premières et la réalimentation en ressources naturelles (Système Cradle to Cradle).

Cette volonté perdure tout au long du cycle de vie, de l’extraction de matières premières à la fin de fin (mise en décharge, recyclage, réutilisation…).

Définissons l’écosphère, la technosphère et les flux associés.

L’analyse du cycle de vie consiste à inventorier tous les flux à l’intérieur et à l’extérieur d’un système d’étude. Les flux constitutifs se décomposent en deux sphères interconnectées.

  • L’écosphère est l’environnement naturel global, elle englobe la technosphère et donc elle est la source de toutes matières premières et le réceptacles des déchets de la technosphère.
  • La technosphère représente l’ensemble des activités, produits, services humains (production, transformation, consommation).

Tout système étudié dans une analyse de cycle de vie est décomposé en processus élémentaires et chaque processus élémentaire reçoit et émet des flux.

  • Les flux élémentaires sont en provenance (ressources naturelles) ou à destination (déchets) de l’écosphère.
  • Les flux économique sont en provenance (flux intrant) ou à destination (flux extrant/produit) de la technosphère.

Idéalement, seuls des flux élémentaires devraient entrer et sortir du système étudié, les flux économiques ne devraient que servir à joindre les processus élémentaires entre eux (hormis le produit final qui est un flux économique qui sort du système). Cependant ceci nécessiterait de prendre en compte trop de sous-système comme ceux qui servent à produire de l’électricité nécessaire à un processus élémentaire.

Par conséquent, il est fréquent que des processus élémentaires soient simplifiés comme des processus économiques dont on connaît les impacts environnementaux agrégés (impacts globaux).

Comment traduire tout cela en données mesurables, compréhensibles et donc agir sur le cycle de vie avec l’objectif de développement durable ?

L’analyse de cycle de vie comprend deux grandes étapes (composées de plusieurs sous étapes) que vous trouverez, si le courage vous porte dans la norme ISO 14040 et toutes ses déclinaisons.

  1. Une procédure d’analyse qui est une suite d’étapes standardisées.
  2. Un modèle de transformations mathématiques permettant de transformer les flux en impact environnemental potentiels. iso 14040

Il est important de comprendre que l’analyse du cycle de vie étudie la fonction du produit. En effet en étudiant que le produit lui-même, il serait difficile de comparer des produits remplissant la même fonction mais de manières différentes.

Exemple: la voiture et les transports en commun dont la fonction commune est de déplacer des personnes mais qui ont des impacts différents.

Il existe deux types d’analyse de cycle de vie:

  1. l’ACV-A: analyse par les attributs, les système à l’étude est composé de processus élémentaires liés par des flux économiques.
  2. L’ACV-C: analyse par conséquences, le système à l’étude est composé de processus élémentaires liés par des flux économiques mais aussi affectés indirectement par le cycle de vie du produit et son changement.

Comment faire pour les entreprises et quels sont les avantages?

C’est évidemment la question qui intéresse tout dirigeant et décideurs d’entreprises, de collectivités, d’associations. Afin d’intégrer et piloter un telle démarche, les solutions ne sont pas obligatoirement coûteuses. La première serait de dédier cette tâche au service de développement durable et RSE de l’entreprise mais toutes les structures ne sont pas adaptées pour un tel investissement. On peut envisager également un travail personnel d’intégration de l’analyse de cycle de vie qu’il faudra compléter par un accompagnement et une formation efficiente adaptée. Enfin, il faut envisager le conseil et l’assistance externalisée si, et seulement si, l’entreprise se trouve renforcée dans son fonctionnement par une intervention qui pérennise la démarche sans rendre l’entreprise dépendante au service externalisé.

Les avantages sont nombreux :

5 FACTEURS de DIFFUSION de L’INNOVATION DURABLE :
1. Avantage concurrentiel
2. Compatibilité aux nouvelles normes, références de consommation
3. Simplicité, facilité d’utilisation
4. Facilité d’essai à moindre coût
5. Visibilité dans l’entourage provoque la diffusion marketing

Il faut aussi prendre en compte l’avantage apporté par cette démarche lors de vos réponses aux appels d’offres et la gestion de l’anticipation des obligations des entreprises et collectivités.

Mais avant toutes préoccupations, c’est l’environnement, la nature et donc les générations futures qui sont les bénéficiaires d’un développement durable, de responsabilité sociale et environnementale entreprise.

Efficience C&C

Bureau d’études et conseils en développement durable, RSE, ESS.

Site internet: http://efficience-c2.wix.com/efficience-c2