Le « design thinking », nouvelle méthodologie pour nouveaux défis et nouvelles économies

Ne considérez pas le design thinking comme la nouveauté éphémère du moment au risque de laisser échapper une opportunité d’étoffer vos connaissances, voir vos compétences. Le design thinking n’es pas une mode, il est né au cours des années 1950 au moment où Alex Osborn, publicitaire des ces États-Unis, met au point le « Brainstorming » qui révolutionne le microcosme des entreprises et pousse à la pensée créative. Puis dans les années 60 l’université de Standford crée un programme de « Product design » centré sur l’humain. Il faudra attendre 1987 pour voir paraître un livre intitulé « Design Thinking » par Peter Rowe. Le « design thinking » n’est pas une création des spécialistes de la mode ou du monde du web mais bien plus des urbanistes, architectes et managers.

Enfin, en 1999 David Kelley (ingénieur) et Tim Brown (designer) dirigeants de l’agence Ideo mettent au point un nouveau mode de résolution des problèmes par le « design thinking« . L’agence passe de 20 à 500 collaborateurs en moins de 2 ans. Comment? Ils relèvent les défis qui se présentent à eux..

Décloisonnement, approche pluridisciplinaire, dynamisme, remise en question servent de maitres mots.

La démarche du design thinking  en 3 étapes-clés :

  • Identifier une problématique et comprendre son environnement
  • Trouver le concept, l’idée qui permettra de résoudre la problématique
  • Concevoir la forme qui incarnera ce concept

En 2012, trois écoles de Design thinking ouvrent leurs portent à Paris, Pékin et Tokyo.

images66La période actuelle est marquée par une évolution rapide des valeurs ainsi que des modes de vie et consommation, conjuguée à une banalisation des déplacements des populations et à la progression constante des nouvelles technologies. Une période de profondes mutations apparait, de nouvelles économies (durable, circulaire…) émergent.
Dans ce contexte, notre époque se révèle favorable à une dynamique d’innovation responsable et durable.

Il nous faut alors formuler de nouvelles questions et apporter de nouvelles réponses, cela passe par l’identification du besoin et la construction de solutions adaptées en synchronisant les impératifs humains, économiques et environnementaux.

Selon Tim Brown, PDG de IDEO.com, le design thinking consiste à « apprendre de la vie des autres » puis à observer, c’est à dire, dans une très large mesure à « regarder ce que les gens ne font pas et écouter ce qu’ils ne disent pas »

L’idée de départ est de s’émanciper de démarche trop cartésienne, trop abstraite ou ordonnée, ce qui limite parfois l’approche d’innovation dans les entreprises où la culture ingénieur est forte, mais de penser le plus librement possible à l’intérieur de trois principes :

1. RÉSOUDRE UN PROBLÈME:  partir du but à atteindre, d’un besoin reconnu

2. ÊTRE TECHNOLOGIQUEMENT VIABLE: le projet doit être réalisable avec les technologies existantes ou du moins une amélioration par  incrémentation des technologies disponibles et évolutives

3. ÊTRE PERTINENT ET RÉALISTE: le projet d’innovation doit trouver son modèle d’affaires; toute la démarche du design thinking sert cette concrétisation. Il faut que l’idée puisse se réaliser et que cela fonctionne.

Découverte, interprétation, idéation, expérimentation et évaluation, telles sont les 5 phases successives du processus itératif de Design Thinking selon IDEO.

C’est aussi une vision holistique humaine (réflexions sur l’usage, le social,l’ergonomie, l’environnement…) sur une innovation afin d’intégrer les besoins humains et les technologies, pour un résultat final complet souvent lié à un nouveau business model.

design process full hexChez Efficience C&C

La conception et la mise en œuvre d’un projet développement durable se réalise pas à pas. Elle se nourrit d’analyses et de diagnostics, de l’étude comparée d’hypothèses ou de scénarios différenciés, d’échanges et de débats. Elle s’inscrit dans un processus plus ou moins long qui permet de mesurer l’acceptabilité et de vérifier la faisabilité des intentions affichées.

 Dans ce processus itératif les études amont ne constituent qu’une première étape dont le contenu programmatique pourra évoluer dans le temps.

Il est donc impératif, dès les études préalables, de faire émerger, de partager et de consolider les véritables fondements du projet tout en identifiant les variables qui autoriseront des ajustements sans remettre en cause la cohérence d’ensemble : C’est la notion de programme glissant.

design-thinking-process-cpi-bigDe l’analyse du contexte à la recherche de sens, en passant par l’analyse des besoins et la reformulation de la problématique

Ces étapes ne sont pas linéaires. Elles doivent être abordées d’une façon partiellement simultanée et répétées autant de fois qu’il est nécessaire. Cela implique une approche évolutive au cours de laquelle on doit suivre la mise en œuvre de l’idée et du prototype pour voir comment ils évoluent et comment on peut les améliorer.

Concrètement, le travail utilisant le design thinking s’organise autour de trois rouages

  • Une logique de co-création : une entreprise qui met le design thinking au cœur de son activité ne fait pas travailler ses secteurs de manière isolée, et instaure au contraire une logique «cross-département» favorisant l’intelligence collective.
  • Une gymnastique intellectuelle alternant les phases d’intuition et l’analyse, dans une logique d’ouverture/fermeture.
  • Une importance majeure accordée à l’étude de terrain  qui offre une compréhension pleine et entière des expériences, contrairement aux classiques études quantitatives et qualitatives.

DESIGN THINKING 8

5 FACTEURS de DIFFUSION de L’INNOVATION en DÉVELOPPEMENT DURABLE :
1. Avantage concurrentiel
2. Compatibilité aux nouvelles normes, références de consommation
3. Simplicité, facilité d’utilisation
4. Facilité d’essai à moindre coût
5. Visibilité dans l’entourage provoque la diffusion marketing

Notre objectif chez Effience C&C:
Vous aidez à anticiper l’avenir et vous accompagner dans vos obligations en développant des méthodes adaptées à votre unicité et vos singularités.
Notre compétence en conseil et assistance développement durable pour les entreprises vous permet de simplifier et dynamiser votre activité.

Quelques « do » et « dont » de l’organisation du design thinking en entreprise:

  • Do : intégrer le projet dans une démarche globale
  • Do : solliciter des spécialistes
  • Do : Faire évoluer le projet continuellement
  • Don’t : considérer le consultant comme fournisseur, et non comme partenaire de l’entreprise
  • Don’t : Trop s’inspirer de la concurrence

Lorsque la recherche de synchronisation et de valorisation entre économie, humain et environnement au sein de l’entreprise et de son activité globale est une nécessité affiché par des exigences tangibles; le design thinking fait alors partie intégrante de l’inventaire des outils disponibles pour l’application d’une démarche de responsabilité sociétale et plus globalement de développement durable et responsable.

Étude- Conseil- Assistance en développement durable et RSE   http://efficience-c2.wix.com/efficience-c2

cropped-photo-efficience4.jpg

Publicités

2 réflexions sur “Le « design thinking », nouvelle méthodologie pour nouveaux défis et nouvelles économies

  1. Pingback: le blog Efficience C&C | Résourdre les challenges des entrepreneurs, la méthode I6

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s